• Le réveil de Sorghoss

     
     
    Le réveil de Sorghoss
     
     
    « Ainsi tu t’est réveillé ? La haine occasionné par ces sottes de Dryades t’as nourrit ! Quel malheur !quel malheur ! Pleure la terre tremble, pleurent les arbres, tremblent les loups. »
    Le dragon aux yeux dorés s’éloigna l’air abattu du cristal de vision qui vibrait d’une lumière noire.
    Argnart dont les yeux avaient pris la même couleur depuis son arrivé à la citadelle, s’approcha de son maître et lui posa la question qui lui brûlait les lèvres:
    « -Qu’y a-t-il Gran’dhir ?
    -Sorghoss c’est réveillé !
    -Qui est Sorghoss ?
    -l’un des anciens que nous avons bannis
    Et il lui expliqua :
    « Au début comme tu le sais il n’y avait que la race des Dragons. Nous avons créé d’autres espèces, puis nous nous sommes alliés à quelques Hyndiliens.
    -Nous ne sommes pas les premiers ?
    -Non, vous n’êtes pas les premiers. Mais laisse-moi parler je te pris.
    -Pardon maître ! »
    Le dragon bleu sembla sourire.
    -« Nous souhaitions déjà faire un peuple parfait : Dragons et Hyndiliens. Et former ainsi le peuple des Drakens. Un grand rêve, une grande philosophie. Deux races totalement différentes vivant ensemble de façon complémentaire et égalitaire, maîtrisant parfaitement la science et la magie. Maîtrisant les prophéties, nous découvrîmes que les peuples se dirigeaient inéluctablement vers leur perte. Un fléau venant de l’extérieure et un autre de l’intérieure. Nous avions prédit Ragüelnoth. Nous avions prédit le comportement des Elfes. Alors nous nous sommes sentit investit d’une mission, celle de protéger, notre monde. C’est pourquoi, nous avons ajouté à nos sciences, l’art de la guerre. Malheureusement, nous avons commis l’erreur de vouloir combiner les deux, et au lieu d’apprendre à combattre de façon loyal, nous avons cherché à créer une magie vouée à détruire l’ennemi sans fournir le moindre effort et sans que nous subissions la moindre perte.
    Nous qui ne savions faire que de la magie bénéfique de prospérité et de guérisons ! Alors notre arme à peine ébauchée, c’est retournée contre nous et notre race fut détruite. Il ne restait plus que quelques Dragons et quelques Hyndiliens. La tribu des Drakens était appauvrit et j’en suis le dernier survivant. Les Hyndiliens qui restaient à nos cotés voulurent faire renaître la race des Dragons de même que nous avions créés leur peuple et toutes les autres tribus après nous.  Et ils utilisèrent la magie afin de recréer une race identique à la notre. Mais ils n’y parvinrent pas. Ils créèrent toute sortent de créatures difformes et non viables que nous dûment euthanasier dès leurs créations.
    Puis, il arriva le moment où ils réussirent à créer les Chimères : Les sortes d’aigles géants qui vous ont amenées ici toi et tes frères. Ce sont des animaux d’une grande intelligence. C’était un bien beau résultat. Et nous en étions tous ravis. Tous sauf un :
    Un Hyndilien imbu de sa personne du nom de Sorghoss, et qui contre l’avis de tous, voulu continuer les recherches, et créer des monstres afin de les utiliser comme alliés de guerre : il voulait faire une horde sans pitié ne craignant ni la douleur, ni la peur, ni la compassion. Nous n’avons pas pu lui faire entendre raison. Nous avons échoué à lui faire comprendre le réel danger d’un tel projet. Et dans sa folie, il alla jusqu’au meurtre pour aboutir à ses fins. Alors il fut condamné : Endormis pour toujours, enfermé dans un cristal magique et ensevelis au cœur de la montagne fumante qui depuis porte le nom de Sorgh.
    -Pardonnez-moi Maître, mais pourquoi avoir agit ainsi ? Vous auriez pu tout aussi bien l’exécuter ? Sans que ce soit un reproche de ma part.
    -Je reconnais bien là ton désire absolu de tout comprendre mon cher élève. Nous ne l’avons pas exécuté pour deux raisons antinomiques. La première par générosité, car il était l’un des notre et nous ne pouvions pas le tuer, aucun de nous ne l’aurait pu. Et la seconde pour le punir d’avantage. Qu’elle est notre devise ?
    -Tréa Gardnar Esra Drok ! Maître.
    -Ce qui signifie ?
    -Tous ce qui a un début, à une fin.
    -Et quelle est la philosophie de cette devise ?
    -Que notre destin à tous est de mourir, et ainsi atteindre la sérénité éternelle pour nos esprits et l’immortalité de nos corps en nourrissant le lac sacré et ainsi la terre et les plantes et les animaux.Voici le Cycle de la vie. Mais cela veux dire aussi que nous n’avons par peur de mourir puisque c’est notre destin. Et que nous n’avons pas peur de l’ennemi puisque lui aussi peut mourir. La mort est un droit, l’immortalité des Elfes est une punition des Hauts Rois. La mort est un droit et nous en avons privé Sorghoss afin de le punir. Mais je me dis aujourd’hui que nous aurions du le tuer !
    -La guerre est-elle inévitable, maintenant ?
    -Pour que notre monde vive en harmonie, il faut sept races, en créant les Dryades les Elfes ont sans le savoir brisé cette équilibre.
    -Mais maître le monde extérieure ignore notre existence. Et il n’y a bien que sept races à l’extérieur. Les Humains, Les Morgauss. Les Elfes, Les Nains que l’on appelle aussi les Ninx. Les Dryades, les Ondins et les Sorghâls.
    - Oui en effet mais nous faisons partie de ce monde et nous sommes ainsi une huitième race. Les Hyndiliens qui se joignent aux dragons sont issu de toutes les races et n’en font plus qu’une. Leurs corps changent comme ceux des autres races ont changé. De quelle couleur sont vos yeux Argnart ? De quelle couleur ?
    -c’est vrai ! quands nous étions encore des enfants, ils ont changé de couleurs pour devenir dorés.
    -Les premiers signes de la huitième race.  Si les Elfes ont sans le vouloir brisé l’harmonie des sept races en créant les Dryades, les Dryades ont, sans le vouloir, provoquée la haine, et cette haine à provoquée le réveil de Sorghoss. Sorghoss qui détiens le pouvoir et le savoir de créer des monstres. Qui sait ce qu’il va en faire maintenant ? Il a déjà asservi les Sorghâls.
    -Mais les Sorghâls se sont déjà hybridé avec une espèce vivant dans l’ombre.
    -C’est le pouvoir de Sorghoss qui les a attirés au cœur du volcan, qui les a rendu stériles et qui les a forcés à s’accoupler avec des créatures vivant dans les ténèbres… Car vois-tu ce que je ne t’ai pas encore dit, c’est que dans son cercueil de cristal, Sorghoss peur encore voir et entendre. Mais nous ne pensions pas qu’il aurait le pouvoir de Maîtrise. Il a du, à notre insu, utilisé de sa magie maléfique sur lui-même pour ce donner autant de puissance. Il a ainsi manipulé les Sorghâls. Ce ne sont plus que des malheureuses créatures dévouées à son service. Et dénuées de pensées.
    -Alors, nous vaincrons Sorghoss. Nous vaincrons les Sorghâls. Et ils n’y aura plus que sept races dans le monde d’Hyndil
    -Alors, il faudra trouver l’ “Enfant’’ et vite car lui seul à le pouvoir de réveiller le secret qui sommeil au fin fond de la citadelle et sans le secret, nous ne pouvons rien faire.     

     

    La couvée >>


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :