• l'adieu au Daken

     (avec fond sonore)

     

     

     

     

     

    Aujourd’hui mon cœur est lourd, l’un de mes élèves vient de nous quitter.
    Ô mon ami , pourquoi t’ai-je laissé le pouvoir de traverser la ligne des vents à ta guise ? Pourquoi à t il fallut que tu aille voir ce qui ce passait dans le monde extérieur ? Pourquoi n’ai-je pas infléchis le temps d’une autre façon ?
    Au dehors la guerre fait rage il est vrai
    mais nous n’y pouvons rien y faire. Nous ne somme pas près ! 
    Tant que le Secret n’est pas révélé nous ne sommes pas assez forts. Et nous ne pouvons pas empêcher la prophétie de s’accomplir tant que l’Enfant d’alliance n’est pas au près de nous pour détruire le Mal car si je suis le Gran’dhir du bien il y a ailleurs un Etre du mal car là où il y a le bien il y a le mal. Pourquoi mon ami, mon élève a tu voulu te mêler d’un combat qui n’est pas encore le notre ? Tu nous es revenu mortellement blesse. Et ma magie n’a pas pu te sauver car tous ce qui a un début a une fin   Je ne pensais pas être amené à immoler l’un de mes élèves aussi tôt. Ton corps allongé sur un lit de bois fabriqué par tes frères et sœurs affligés m’attend afin que souffle la flamme qui te consumera. 

    Adieux mon ami

                                                       

         Trëa Gargnar Eysra Droq

                                                                                 tout ce qui a un début  a une fin.
                                                         Telle est notre devise  

      

                                                                           

     

     

     

     

         Nous avons jeté tes cendres dans le lac sacré,
     Ô mon frère comme tu va nous manquer.
    Tu as sacrifié ta vie en voulant sauver des innocents
    que tu ne pouvais pas sauver. 
    Trop de générations ont passées dans le monde extérieur pour leur faire comprendre qu’ils sont de la même essence de vie. 
    Le vide que tu laisse derrière toi ne se refermera jamais dans nos cœurs.
    Et jamais nous te le jurons aucun de nous ne faillira à sa tâche.
    Quand le moment sera venu pour nous de nous battre enfin. Nous ne faiblirons pas car c’est le seul hommage que nous pouvons te rendre ; 
     

     
    Adieu mon frère repose en paix.

                                     

                                             Trëa Gardnar Eysrä Drôq

                                                              Tout ce qui a un début a une fin
                                                               

                                                                            Telle est notre devise

             

     

                          

        

     

     

       de la malédiction des Elfes... >>

     

     (indigo:Epica)


  • Commentaires

    1
    Bahakell
    Mercredi 7 Janvier 2009 à 12:49
    Encore plus triste que sont ces adieux... j'arrete ma lecture ici pour aujourd'hui, en tout cas Bravo pour le début de monde que j'ai pu lire. Un monde très poétique !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :